AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Eoline : Candidature Formatrice Animagi

Aller en bas 
AuteurMessage
Lulapsy
Administrateur
avatar

✩ date d'inscription : 06/06/2013
✩ messages : 652

MessageSujet: Eoline : Candidature Formatrice Animagi   Lun 9 Jan - 21:46

Code:
[align=justifie]
[align=droite][chuchote]Pour un meilleur rendement, à regarder sur le thème Détraqueur.
[url=http://www.youtube.com/watch?v=2H1wBoLw484]Musique écoutée pendant la rédaction de cette candidature.[/url][/chuchote][/align]

[align=centre][img]http://img15.hostingpics.net/pics/718850Anima2.gif[/img][/align]

[color=#852222][i]Une nuit. La lune étendait son quart paresseux à travers le ciel céruléen. La chiche lumière que dispensaient les lampadaires vétustes ne permettaient une meilleure vision. La nuit restait d'encre. Pour la fillette qui se faufilait dans une venelle aux relents putrides, cela n'avait guère d'importance : ces basfonds de Londres étaient son repaire, sa patrie. Elle avait veillé plus tard qu'à l'accoutumée ; aujourd'hui était date de son septième anniversaire et elle avait espéré un signe, un miracle improbable qui lui aurait certifié qu'elle n'appartenait pas à cette génération de voleurs et de coupe-jarrets. Las, rien n'était arrivé et à présent, elle rentrait dans son taudis, seule et frigorifiée.[/i][/color]

[align=centre][img]http://img15.hostingpics.net/pics/992204preIG3.gif[/img][/align]

[color=#852222][i]La fillette souffla sur ses doigts gelés. En vain. L'atmosphère elle-même semblait s'être durcie à l'instar des plaques de verglas sur lesquelles elle glissait. Nous étions en décembre et si la neige n'était pas encore tombée, le froid, lui, était bien au rendez-vous. La petite fille n'était pas très bien couverte ; des baskets trop grandes la faisaient sans cesse déraper, le vieux ciré qu'elle avait posé sur ses épaules ne lui épargnaient pas le vent glacial et vicieux ; quant à sa robe, elle était par trop en lambeaux informes pour lui être d'un quelconque secours. Mais là, au bout de cette avenue sombre et aux immeubles branlants se trouvait la Maison. Sa Maison. Encore quelques pas...[/i][/color]

[action]Assis côte à côte, Eoline et son cousin Elywen regardait le soleil se coucher. Ils s'étaient installés en haut de la tour d'Astronomie sachant bien qu'ils seraient délogés dans les minutes à venir : les deux folles de profs viendraient observer les étoiles en compagnie d'une pauvre classe de première année qui ne demanderait qu'à abréger le cours. En attendant, ils étaient tous les deux, seuls, avec un panorama à couper le souffle. Les conversations de jeunes étant ce qu'elles étaient, après plusieurs dérivations, les deux ados abordèrent la question de leur futur. Pour Eoline, c'était tout tracé. Professeur d’Étude des Runes et Formatrice d'Animagi, voire auror si elle était douée.[/action]

[align=centre][color=#222285]« [/color] Eh bien ! [action]s'exclama le Gallois[/action] tu en as de l'ambition !

[color=#ff57dd]-[/color] Pas toi ? [color=#ff57dd] »[/color][/align]

[action]Le descendant des Gwynt prit le temps de réfléchir à la question. Finalement, après quelques secondes de silence, il annonça avec un grand sourire :[/action]

[align=centre][color=#222285]« [/color] Pour l'instant, je ne rêve que de terminer mes études en paix ! [color=#222285] »[/color][/align]

[action]Eoline ne put s'empêcher de sourire ; terminer tranquillement ses études... c'était un beau rêve en effet ! Elle se souvenait encore de sa vie d'avant - d'avant Poudlard, s'entend. Orpheline depuis sa naissance, elle avait commencé par vivre dans un pensionnat miteux. Mais dès qu'elle avait prit conscience du monde qui l'entourait (et de sa condition), elle s'était mise à fuguer régulièrement. La dame des services sociaux finissaient toujours par la retrouver, mais entre temps, elle s'était faite adopter par une bande de gamins des rues qui lui apprit comment se débrouiller seule. Tous ces petits voleurs vivaient dans une grande maison abandonnée, une mansarde datant du siècle passée. Les parquets grinçaient, le toit fuyait à grosses gouttes et les mites avaient rongés tous les draps. Mais c'était leur maison. Encore aujourd'hui, la quatrième année la considérait comme sienne. Et puis il était arrivé, ce jour où "on" était venu la chercher. Elle s'en souviendrait toute sa vie.[/action]

[action]Cela s'était passé durant l'été qui précéda son dixième anniversaire. Il faisait une chaleur épouvantable. Comme à son habitude, Eoline avait fugué de son orphelinat ; cette saison-ci était bien plus épouvante que l'hiver à cause des dizaines de gamins qui couraient dans tous les sens et criaient jusqu'à faire s'écrouler le plancher et les murs avec. Ce jour-là, elle s'était installée sur la terrasse d'une habitation désertée par ses propriétaires. La fillette avait entrepris de se tresser les cheveux ce qui n'était pas une mince affaire car sa crinière n'avait jamais vu ni brosse, ni ciseaux. Cela l'affectait peu ; dans le fond, Eoline aimait beaucoup ses longs cheveux de jais. Il lui donnait juste... trop chaud. C'était comme sa peau blanche, presque blafarde qui ne pouvait s'empêcher de capter le moindre rayon de soleil en s'échauffant de tous les diables. L'été devenait une vraie torture. Soudain, alors qu'elle se débattait avec un nœud plus récalcitrant que les autres, un homme apparut devant elle - oui, apparut. Sans vraiment s'inquiéter de ce dernier détail (on croyait plus ou moins à la magie, chez les enfants de rue) Eoline sauta sur ses pieds et brandit son petit couteau, cadeau de son ami Gil. Mais au lieu de la ramener au pensionnat, l'homme lui demanda simplement son nom. Et quand il fût assuré qu'elle était bien Eoline, orpheline déposée au pied du pensionnat dix ans auparavant, il disparut aussi soudainement qu'il était arrivé. Cela aurait pu s'arrêter là, mais le lendemain, la fillette surprit cette même personne en grande discussion avec Melle Griaux dite Grande-Gueule à cause de sa manie de vous hurler dessus lorsque vous fuguiez, assistante sociale d'Eoline. Le soir même, l'homme l'emmenait. Droit vers Poudlard, droit vers la magie. Ce qu'il s'était passé durant le peu de jours qui restèrent avant la rentrée était floue dans la mémoire de la Gryffondor, comme un long rêve paisible qui s'estompe au réveil en laissant un durable sentiment de paix. Depuis lors...[/action]

[align=centre][color=#222285]« [/color] En première année, il y avait eu cet accident à Pré-au-Lard, avec le mage noir, tu sais, celui qui s'était fait appelé Garland.

[color=#ff57dd]-[/color] Ah, oui ! Je m'en souviens ! Un problème vite réglé par les aurors. En deuxième année, j'avais, moi, fait un cauchemar avec un poète maudis qui tuait à chaque vers. Morbide.

[color=#222285]-[/color] C'est vrai, j'en avais entendu parler ! En troisième année...

[color=#ff57dd]-[/color] La Formation d'Ellana ! Mais la pauvre était surbookée...

[color=#222285]-[/color] Je sais, c'est pour ça qu'on avait fini notre formation avec Jesse Riders. Je crois que j'en suis encore traumatisé. Et en quatrième année...[color=#222285] »[/color][/align]

[action]Ils se turent. La quatrième année, c'était la fin de la formation d'animagi et aussi celle avec le professeur Bdragon, pour apprendre à transplaner. Mais la quatrième année, ce n'était pas que ça. La quatrième année, c'était le cauchemar à Mortedame, la guerre-qui-n'avait-jamais-existée, ce rêve dément où ils avaient fini par tous devenir fous. Fous de douleur, de désespoir et de peur. Mortedame, c'était l'assassinat brut de l'enfant qui était resté en eux. Ils avaient vus leurs proches, leurs amis, tomber l'un après l'autre, sous les balles et les sortilèges. Mortedame, c'était une blessure qui ne refermerait sans doute jamais tout à fait. Mortedame, ça avait été le cauchemar éveillé. Mais la quatrième année n'était pas que ça non plus. C'était le voyage à Kopparberg, la sortie dans les mines en compagnie de Raven, mais surtout d'Astaroth. C'était la guerre avec les Gobelins, le massacre au troisième étage, le Talzak et son mystère. C'était tout ça, la quatrième année et force était de constatée qu'elle avait été plus souvent triste - voire franchement apocalyptique qu'insouciante. Eoline conclu dans un faible murmure, revenant au souhait qu'avait formulé son cousin :[/action]

[align=centre][color=#ff57dd]« [/color] C'est un beau vœu que tu fais là. [color=#ff57dd] »[/color][/align]

[action]Désireux de ne pas s’appesantir sur cette année bien trop sombre, Elywen décida de changer radicalement de sujet.[/action]

[align=centre][color=#222285]« [/color] Formatrice... C'est pas vraiment la même chose que prof, tu ne trouves pas ? [color=#222285] »[/color][/align]

[action]Eoline avait rencontré son cousin quelques semaines auparavant. Ou plutôt, son cousin l'avait trouvée. Féru d'un peu de tout et surtout de magie runique - il prétendait, non sans une certaine arrogance, la maîtriser mieux que sa baguette, et animagus comme elle, il avait profité de sa scolarité à Poudlard, loin de sa joyeuse, mais fatigante fratrie pour se pencher sur sa généalogie. Quelle surprise ne fut pas la leur lorsqu'ils se découvrirent cousins au deuxième degré ! Hélas pour Eoline, le nom de ses parents avaient été soigneusement rayés - comme si la famille avait eu honte d'eux. Mais au moins, avait-elle une famille à présent. Si son cousin avait beaucoup de qualité, il avait aussi de nombreux tares dont l'un était de ne pas se contenter d'une réponse "oui-non". Eoline se prépara donc à bien développer sa réponse qu'elle adresserait au jeune garçon.[/action]

[align=centre][color=#ff57dd]« [/color] Non, tu as raison, ce n'est pas la même chose. Mais dans un autre sens, si. Formatrice, prof... Tout cela revient au même : [b][i][color=#6b2a5e]enseigner un art[/color][/i][/b], partager une passion. J'aime les Runes, j'aime les Animagi. Je veux aider les autres [i][color=#6b2a5e]à découvrir[/color][/i] les premiers comme les seconds. Tu comprends ?
Bien sûr, ce ne peut pas être [u][color=#6b2a5e]de la même façon[/color][/u], les cours ne peuvent pas se dérouler pareillement. [color=#ff57dd] »[/color][/align]

[action]Ça y était ; elle était partie. Ses mots exprimaient bien l'ardeur qu'elle mettait à ce boulot, à cet avenir sans doute insensé et irréalisable. Mais qu'elle envisageait cependant.[/action]

[align=centre][color=#ff57dd]« [/color] Une formation, ce n'est pas comme les cours. Les cours, c'est [i][color=#6b2a5e]obligatoire[/color][/i]. Pas les formations. Les cours, tu ne les [i][color=#6b2a5e]choisis[/color][/i] pas. Les formations, si. Les cours, tu ne peux pas les [i][color=#6b2a5e]abandonner[/color][/i]. Les formations, si. Les cours, tu peux ne jamais vouloir les [i][color=#6b2a5e]réutiliser[/color][/i]. Les formations, si. Une formation, ça ne t'aide pas juste à être quelqu'un de différent ou à te rapprocher d'un quelconque modèle. Une formation, c'est là pour te faire découvrir [b][i][color=#6b2a5e]un autre pan de ta vie[/color][/i][/b], te permettre de la voir sous un autre angle. Comme être un animal ou regarder dans l'esprit des gens. Ou simplement t'amuser.

Dans la formation, le rapport avec le prof n'est pas le même. En cours, on est plus d'une vingtaine voire, généralement, une trentaine. Dans une formation, on n'est pas plus de sept. Les cours sont souvent impersonnels parce que le prof a un programme à terminer, un savoir à faire passer en temps limité. Quant aux élèves, ils n'attendent que la sonnerie, ne prennent des notes qu'en vu des examens. Une formation, ce n'est pas comme ça. Le formateur doit savoir [b][i][color=#6b2a5e]s'adapter à ses élèves[/color][/i][/b] comme le moule en terre dans lequel on coule le bronze. Le temps est extensible, il n'y a pas de véritable délai. Chaque élève est prit séparément parce que c'est plus qu'une réussite à un examen qui s'accomplit là. Le formateur est plus proches de ses élèves que ne l'est un prof.

Les cours en eux-mêmes n'ont rien à voir. Les élèves sont tenus à [b][i][color=#6b2a5e]s'investir complètement[/color][/i][/b] et le formateur ne sert que de guide. Bien sûr, chaque formation est éprouvante, difficile et il y a des limites. On ne peut pas faire n'importe quoi. Tient, je te prends un exemple : à Poudlard, les formations sont coincées le soir, le week-end, parfois, mais elles doivent se dérouler sur une année scolaire. On ne peut pas demander une présence à chaque soir. Tu te rends compte de la scolarité des élèves, alors ? Les formateurs doivent donc adapter leurs cours, les rendre [b][i][color=#6b2a5e]plus clairs, plus brefs[/color][/i][/b], aller droit au but. Les profs n'ont pas ce problème : ils ont des dizaines de cours par année, à eux de savoir les remplir de façon à terminer leur programme. Les formateurs, en revanche, n'ont pas le temps de tout aborder. Il faut passer vite sur tout, mais en s'assurant que chaque personne a totalement intégré le cours. Et en même temps, on ne peut pas se permettre de faire des dizaines de choses en un cours. Cette option n'est même pas envisageable !

Alors, d'un côté, le formateur a [i][color=#6b2a5e]une manœuvre d'approche totalement libre[/color][/i], quasiment tout lui est permis, mais il a aussi [u][color=#6b2a5e]moins de temps[/color][/u] et moins de possibilités de faire tout ce qui devrait faire. Sauf, si, bien sûr, tu acquiers ta particularité au cours d'années et années de voyage. [color=#ff57dd] »[/color][/align]

[action]Eoline ponctua sa dernière phrase par un clair éclat de rire. Elle se souvenait d'Ellana Denver qui donnait l'impression d'avoir parcouru le monde à pied avant d'être enfin devenue animagus. Et à côté, il y avait eux, les quatre élèves de Jesse Riders qui avaient dû apprendre très - trop ? rapidement. Elywen secoua la tête.[/action]

[align=centre][color=#222285]« [/color] Tu es vraiment folle [color=#222285] »[/color] [action]conclut-il.[/action][/align]

[align=centre][img]http://img15.hostingpics.net/pics/722249preIRL.gif[/img][/align]

[align=centre][color=#222285]« [/color] Tu sais, je suis allé en France pendant les grandes vacances. Dans le Sud, particulièrement. Quelle chaleur ! Elle donnait l'impression de te faire fondre le cerveau ! Mais j'ai fait une très bonne rencontre avec une moldue. Elle s'appelait Priscille et elle venait d'avoir 15 ans. Au début, je n'avais pas osé l'aborder parce qu'elle était toujours plongée dans des bouquins qui allaient de [i]16 lunes[/i] aux [i]Mémoires d'Hadrien[/i]. Elle lisait vraiment de tout cette fille ! Mais elle ne souriait jamais. Enfin, ça, c'était quand on n'avait pas encore fait connaissance. Quand on la connaît mieux, on s'aperçoit qu'elle est totalement folle ! Comme toi, mais presque pire. Tu sais ce qu'elle veut faire plus tard ? Archéologue. Elle hésite encore entre étudier les Vikings ou l'histoire du Japon. Pas la même chose, tu avoueras.

[color=#ff57dd]-[/color] Hum. Elle m'a l'air d'une grosse tête, ta copine. Pas sûre de vouloir la rencontrer un jour... [color=#ff57dd] »[/color][/align]

[align=centre][img]http://img15.hostingpics.net/pics/901056exemples.gif[/img][/align]

[color=#852222][i]La Maison se dressait devant elle, fière demeure à la peinture écaillée. La fillette soupira de soulagement. Enfin ! Si elle se dépêchait un peu, peut-être resterait-il une couverture pas trop mitée dans laquelle elle pourrait s’emmitoufler ? Vraiment, ce serait le paradis ! Mais alors que ses jambes congelées acceptaient de faire quelques pas en courant, un léopard des neiges apparut soudain devant elle. La petite fille se stoppa net, la terreur paralysant chacun de ses muscles. Le félin cependant, ne semblait pas animé de mauvaises attentions malgré ses crocs brillants sous la lune mutilée. Elle pensa un instant à fuir. Elle n'en eut pas le temps. Le léopard se redressa et à sa place, apparut un homme aux yeux bleus électriques. Il étendit ses bras comme pour l'attirer à lui, mais son sourire était sans joie.
- Eh bien quoi ? Tu ne dis pas bonsoir à ton père ?[/i][/color]

[action]Elywen tendit l'oreille. Des éclats de voix lui parvenaient, autant joyeux que coléreux. [/action]

[align=centre][color=#222285]« [/color] Va falloir y aller [color=#222285] »[/color] [action] diagnostiqua-t-il.[/action][/align]

[action]Eoline ne pouvait détacher son regard du ciel qui s'assombrissait peu à peu, révélant les milliards d'étoiles qui tout le jour, attendaient le coucher d'Apollon pour se révéler aux yeux des mortels.[/action]

[align=centre][color=#ff57dd]« [/color]Yep.[color=#ff57dd] »[/color][/align]

[action]Les deux adolescents se levèrent alors même que la porte s'ouvrait en grand, venant claquer sinistrement sur les rebords. Flora et son adjointe firent leur entrée - fracassante, comme toujours. Elles saluèrent les deux Gryffondors qui, l'instant d'après, se retrouvèrent dans une cohue bouillonnante, crachotante, vitupérante, bruissante comme un essaim d'abeille qui déménagerait de ruche. [/action]

[align=centre][color=#ff57dd]« [/color]Ouf ! [action]ne put s'empêcher de lâcher Eoline lorsqu'ils se furent enfin extirpés de la marée humaine.[/action] Je ne me rappelais plus qu'on était comme ça, en première année.

[color=#222285]-[/color] Moi non plus ! Heureusement qu'on est plus âgé ![color=#222285] »[/color][/align]

[action]Ils partirent dans un grand éclat de rire tandis que leurs pieds prenaient la direction de leur salle commune.[/action]

[align=centre][color=#222285]« [/color]J'ai toujours haï ces cours. Attendre onze heures du soir en sachant qu'on ne serait pas couché avant une heure du matin...

[color=#222285]-[/color] Tient donc ? [action]répliqua l'orpheline.[/action] Tu tenais ? J'ai toujours dû compter sur Ginny pour me rapatrier dans mon lit ![color=#ff57dd] »[/color][/align]

[action]Elle rigola de plus belle. Elywen leva les yeux au ciel comme si ce qu'il entendait là était tout bonnement aberrant. Eoline se tourna vers lui, une lueur amusée dans le regard.[/action]

[align=centre][color=#ff57dd]« [/color] Et sinon ? Que fait-on de beau en ce moment ?[color=#ff57dd] »[/color][/align]

[action]L'autre fourra ses mains dans ses amples poches, sentant avec délice la garde élimée de sa baguette magique.[/action]

[align=centre][color=#222285]« [/color][url=http://www.poudlard12.com/forum/6-Monde%20magique/7512-L'Infirmerie-/page6#msg117]On tue des zombies[/url] [action]répondit-il en reprenant la formulation de sa cousine. [/action] Ah ! Et [url=http://www.poudlard12.com/forum/6-Monde%20magique/7778-Le%20miroir%20de%20nos%20peurs-/#sommaire]on surveille des rumeurs[/url] aussi.[color=#222285] »[/color][/align]

[action]Eoline s'amusa à éteindre une torche accrochée par là grâce la magie runique. Bête comme choux, surout après avoir éteint une bonne dizaine de fois les feux de la salle commune. Elywen grimaça.[/action]

[align=centre][color=#222285]« [/color]On se gèle un peu, tu sais ? Alors, essaye plutôt de faire flamber les pierres, ça m'arrangerait.[color=#222285] »[/color][/align]

[action]Pour toute réponse, la Rouge & Or lui jeta un regard noir.[/action]

[align=centre][img]http://img15.hostingpics.net/pics/339952programme.gif[/img][/align]

[color=#852222][i]- Partez... Partez s'il vous plaît...
La fillette reculait à présent, effrayée tant par l'apparition que par les déclarations de l'homme. Le sourire de ce dernier disparut. Ses yeux se firent encore plus menaçant - si cela fût possible.
- Je vous en prie...
Elle n'avait pas de père. Elle n'avait aucune famille. Cet homme était fou, voilà l'explication. Elle avait espéré, longtemps auparavant, qu'on vînt la chercher, la sortir de ce trou à rats qu'était l'orphelinat. Cet homme n'était pas son père ! Il lui faisait juste peur, très peur. Et un père ne devrait jamais faire peur à sa fille, n'est-ce pas ? Mais l'homme avançait toujours et son visage demeurait fermé.
- Tu devrais être heureuse de me voir ! Je viens pour toi !
Le rebord du trottoir la fit trébucher et elle s'écroula sur le sol. La rue était à sens unique. La Maison était juste en face et pourtant si lointaine... En gémissant, elle enfouit son visage dans ses mains. Les larmes se mirent à couler silencieusement sur ses joues sales.
Un bruit. L'air qui se déchire. Des éclats de voix.
- Par ici ! Il est est là !
- Ne le laissez pas s'enfuir ![/i][/color]

[action]Ils étaient à présent arrivés devant le portrait de la Grosse Dame. Elywen jeta un regard à sa cousin qui s'empourpra fortement. En soupirant, le jeune garçon énonça à haute voix le mot de passe. Après les avoir sermonné un bref instant sur l'heure indécente à laquelle ils revenaient, "et leurs études, alors ? ils ne seraient pas en forme demain !" le tableau les laissa passer. Elywen marcha droit sur un confortable fauteuil de velours rouge avant de s'y laisser choir.[/action]

[align=centre][color=#222285]« [/color]Tu pourrais un jour apprendre par cœur le mot de passe. Ce n'est pas interdit.[color=#222285] »[/color][/align]

[action]La quatrième année se fendit d'un grand sourire avant de se laisser tomber, elle aussi, sur un fauteuil, face au feu qui crépitait joyeusement. Il était très tard, ils en avaient bien conscience, pourtant quelque chose les retenait encore. Durant quelques minutes, seul le feu se fit entendre. Puis, rouvrant les yeux, Elywen se tourna vers Eoline.[/action]

[align=centre][color=#222285]« [/color]Dis-moi, tu as déjà réfléchi à ton avenir ? Sérieusement, je veux dire. Être formatrice, ça doit être un boulot plutôt coton, non ?[color=#222285] »[/color][/align]

[action]La jeune fille fixa l'âtre de ses yeux sombres.[/action]

[align=centre][color=#ff57dd]« [/color]Sûrement, oui...[color=#ff57dd] »[/color][/align]

[action]Elle se tourna alors vers son cousin et ce dernier put constater qu'elle était vraiment sérieuse - ce qui ne lui arrivait pas souvent.[/action]

[align=centre][color=#ff57dd]« [/color]J'ai même déjà un programme, bien à moi.

[color=#222285]-[/color] Vraiment ? Vas-y, expliques moi, ça m'intrigue.[color=#222285] »[/color][/align]

[action]Eoline remonta ses minuscules jambes sur son fauteuil et s'assit en position du lotus - ce qui n'était guère compliqué vu que, même en le faisant exprès, elle peinait à occuper tout l'espace qu'offrait le siège. Une erreur de la nature. Elle n'avait jamais compris pourquoi, mais depuis qu'elle avait dix ans, elle avait cessé de grandir. Qui ne la connaissait pas l'aurait prise pour une élève de première année, débarquant à peine à Poudlard. Mais voilà bien plus de quatre ans qu'elle y était.[/action]

[align=centre][color=#ff57dd]« [/color]Je diviserais l'année en [b][i][color=#6b2a5e]6 cours[/color][/i][/b] (1 cours toutes les deux semaines). Cela me semble raisonnable pour permettre à tous les élèves de suivre et en même temps assez rapide pour ne pas avoir le temps de s’ennuyer ou pire, se relâcher. Il y autre chose aussi que j'aimerais beaucoup faire : [b][i][color=#6b2a5e]voyager[/color][/i][/b].[color=#ff57dd] »[/color][/align]

[action]Elywen haussa un sourcil interrogatif. Voyager ? Qu'est-ce que sa cousine entendait-elle donc par là ?[/action]

[align=centre][color=#ff57dd]« [/color]Marre d'avoir des cours dans des salles de classe ou dans la Forêt Interdite. Je pense que voir le monde permettrait aussi d'aider à la formation. A nouveaux paysages, nouvelles sensations. Et quand on veut former des animagi, mieux vaut les préparer à tout. Voilà pourquoi je voyagerais. Mais pas dans des pays franchement amical, crois-moi. Un cours théorique à Poudlard et après, cinq cours sur les cinq continents différents.

[color=#222285]-[/color] Attends...Tu as bien parlé d'un cours théorique ? Tu ne crois pas que cela pourrait... je ne sais pas, moi, ennuyer voire rebuter les élèves ?[color=#222285] »[/color][/align]

[action]Eoline prit un temps de réflexion avant de répondre. Elle avait pu voir deux méthodes de fonctionnement : Ellana Denver dont la moitié des cours était théorique et Jesse Riders qui avait toujours eu ladite théorie en horreur. Les deux extrêmes. Elle serait donc le milieu.[/action]

[align=centre][color=#ff57dd]« [/color]Ça dépend de ce dont on parle. La théorie concernant [i]comment on se transforme[/i] et tout le saint-frusquin s'y rapprochant ne m'intéresse pas le moins du monde. Non, en fait, ce serait plus un cours [b][color=#6b2a5e]d'histoire des animagi[/color][/b], de quelques règles importantes à savoir - comme le fait ne jamais rester sous sa forme animale trop longtemps au risque d'y laisser notre partie humaine, de toutes les questions qu'on se pose aussi. Est-ce qu'on peut vraiment se transformer n'importe où ? Est-ce qu'on garde nos vêtements ?[color=#ff57dd] »[/color][/align]

[action]Elywen se gratta la tête.[/action]

[align=centre][color=#222285]« [/color]C'est vrai que je me la suis souvent posée celle-ci.

[color=#ff57dd]-[/color] La réponse est pourtant logique : oui. Pour se transformer, nous devons avoir notre baguette sur soi. Alors si elle reste avec le tas de vêtements... Normalement, il y a un sortilège informulé pour ça, Ellana nous en avait parlé, mais il faut dire qu'avec le temps - et après de nombreuses métamorphoses, on n'en a plus besoin.

[color=#222285]-[/color] Mais je ne l'ai jamais utilisé ce sortilège informulé, moi ![color=#222285] »[/color][/align]

[action]Eoline le gratifa d'un Regard-Qui-Tue.[/action]

[align=centre][color=#ff57dd]« [/color]C'est bien ce que je dis. Tu ne m'écoutes jamais ou quoi ? Ca dépend de la manière dont s'est effectué notre première métamorphose. Dans notre cas, c'était grâce au songe. Garder nos vêtements sur nous pendant notre transformation animale, on l'a appris instinctivement. Comprends-tu ?[color=#ff57dd] »[/color][/align]

[action]Elle se retint d'ajouter "turlututu" à la fin de sa phrase. Cela l'aurait complètement discréditée. Or, Eoline aimait à croire que son cousin la prenait pour quelqu'un de parfaitement sérieux.[/action]

[align=centre][color=#222285]« [/color]Je comprends surtout que t'a planché sur la question. Ma parole ! Quand tu dis que tu veux être formatrice d'animagi, ce ne sont pas des paroles en l'air !

[color=#ff57dd]-[/color] Hé hé ! Tu ne crois pas si bien dire. D'ailleurs, jette un coup d’œil au reste de mon programme.[color=#ff57dd] »[/color][/align]

[action]Elle lui fit alors passer par la voix des airs un parchemin hâtivement rédigé - sûrement en cours de Potions vu les tâches suspectes qui le maculaient.[/action]

[list][b][color=#6b2a5e][Poudlard] 1. Théorie.[/color][/b]
Histoire des animagi, règlementation et autres questions en fonction des élèves.
[i]Situation :[/i] le soir, dans une salle de classe et sur des coussins.

[b][color=#6b2a5e][Japon] 2. Se connaître.[/color][/b]
Mieux vaut ne pas avoir peur de soi-même ou d'une potentielle forme animagus scarabée.
[i]Situation :[/i] en pleine nuit, avec un épouvantard qui débarque inopinément (chacun est dans son coin et ne peut donc pas compter sur les autres).

[b][color=#6b2a5e][États-Unis] 3. S'adapter à n'importe quel corps.[/color][/b]
Plus grand ou plus petit, plus gros ou plus mince, on ne peut pas savoir à quel animal il faudra s'habituer.
[i]Situation :[/i] chaque élève est métamorphosé en un animal improbable - la formatrice n'est pas si bonne que ça en métamorphose... avant de faire une "petite" balade qui consistera en un mur d'escalade, un passage de rivière à fort courant et pour terminer un promenade au bord d'un précipice sans qu'on y voie plus loin que le bout de son nez.

[b][color=#6b2a5e][Amazonie]4. Savoir rester calme.[/color][/b]
En situation de stress, si on veut prendre sa forme animale, des dégâts peuvent apparaître à l'horizon...
[i]Situation :[/i] en pleine journée, dans la forêt amazonienne avec tout ce que ça représente (moustiques, chaleur intense, humidité excessive, sangsues...). Le but des élèves sera de rester calme, malgré une formatrice qui fera tout pour les pousser hors de leur gonds.
[u]Note supplémentaire :[/u] ce cours durera peut-être trois ou quatre semaines vu que je demanderais de beaucoup poster afin de rester cohérent (une journée en Amazonie peut être insupportable, mais trois minutes ne sont pas censées suffire pour énerver les gens).

[b][color=#6b2a5e][Russie] 5. Découverte de son animal-totem.[/color][/b]
Le moment de vérité tant attendu.
[i]Situation :[/i] en pleine toundra (et vive le froid !) séance de chamanisme pour découvrir son animal-totem.
[u]Note supplémentaire :[/u] avant le cours, je demanderais une liste de deux ou trois animaux avec explications (pourquoi tel trait de caractère correspondrait à cet animal plutôt qu'à cet autre).

[b][color=#6b2a5e][Congo] 6. Première métamorphose.[/color][/b]
Après trois mois, les élèves seront enfin aptes (ou pas) à utiliser la particularité durement acquise.
[i]Situation :[/i] l'élève est attaché, en pleine savane. Le seul moyen pour lui de passer la nuit sans se faire dévorer est d'arriver à se métamorphoser.

[b][color=#6b2a5e][Londres - Bonus] Examen du Ministère.[/color][/b]
Tous les animagi doivent être déclarés et passer un test.
[i]Situation :[/i] un après-midi, au Ministère de la Magie, petit parcours du combattant pour vérifier qu'on maîtrise sa forme animale à la perfection.
[u]Note supplémentaire :[/u] ce cours n'aura lieu que si j'ai le temps.[/list]

[action]Elywen reposa le parchemin, ne sachant trop comment marquer son étonnement.[/action]

[align=centre][color=#222285]« [/color]Eh bé ! T'y as vraiment réfléchi ![color=#222285] »[/color][/align]

[action]Eoline sourit sans dévoiler ses dents de lait - ce qui, mine de rien, la fit soudain paraître plus âgée.[/action]

[align=centre][color=#ff57dd]« [/color]N'est-ce pas ? Tu ne peux pas trop le voir, mais j'ai l'idée d'une formation avec [b][i][color=#6b2a5e]un formateur très présent[/color][/i][/b], tout du long. Et pas seulement quelqu'un qui annonce ce qui va se passer, prépare le terrain et passe le cours à observer. En fait, je me réserve même une place prépondérante dans mon programme. Tu sais comme je peux être une vraie peste. Je m'en donnerais à cœur joie au quatrième cours !

[color=#222285]-[/color] Ça, je n'en doute pas une seconde...[color=#222285] »[/color][/align]

[action]Mais cet instant, Eoline étouffa un bâillement. Elywen papillonnait des yeux. Il était temps pour eux d'aller se coucher. La journée promettait d'être rude demain, même si elle ne compterait pas de zombies, d'animagi non déclarés en cavale, de gobelins revendiquant un bijou, de mage noir revenu à la vie et d'autres choses tout aussi passionnantes. Au moment où il posait le pied sur la première marche menant aux dortoirs des garçons, Elywen ne put s'empêcher de se retourner vers sa cousine, cependant. Malgré l'usage du surnom qu'elle détestait, son ton était on ne pouvait plus grave.[/action]

[align=centre][color=#222285]« [/color]Une dernière chose l'Eolienne...[color=#222285] »[/color][/align]

[align=centre][img]http://img15.hostingpics.net/pics/635336conclusion.gif[/img][/align]

[color=#852222][i]La pâle lumière des ténèbres rendait la scène irréelle. L'homme aux yeux bleus était acculé sur le mur du fond, ses côtés verrouillés par la Maison et un vieil hôtel. Face à lui, cinq aurors, leurs baguettes bien évidence. L'homme ne cessait de changer de forme, apparemment incapable de décider qui, de l'humain ou de l'animal était le plus propice à sa survie. Il finit par choisir l'animal.[/i][/color]

[action]Eoline se tenait sur les premières marches de l'escalier. Elywen la fixait comme s'il tentait de voir à travers elle. Il était celui qui connaissait le mieux le passé de sa cousine. Pourtant, il savait qu'elle lui cachait encore des pans entiers de son enfance. Elle n'avait pas vécue totalement comme une Moldue, il aurait pu y mettre sa main au feu.[/action]

[color=#852222][i]Le léopard bondit, souple et puissant à la fois, droit vers la gorge d'un rouquin. Ce dernier tenta quelques Stupefix qu'il évita pourtant facilement, presque négligemment. L'autre ne savait plus que faire. Les ordres étaient les ordres, cependant : l'homme devait être rammené vivant pour être jugé. Le garçon aux cheveux de feu déchira ses cordes vocales en un cri d'agonie qui s'échappa de ses lèvres comme un bélier forcerait la porte d'un château quand le félin planta ses crocs dans sa gorge. Puis, tout fut terminé et il s'affaissa sur le sol, mort. Le léopard des neiges, les babines couverte de sang, se tourna vers les quatres aurors restant. La peur avait changé de camp.[/i][/color]

[align=centre][color=#222285]« [/color]Dis-moi, l'Eolienne, pourquoi tu veux faire ça. Ne me réponds pas que c'est pour aider les élèves à pouvoir agir différemment qu'avec une baguette dans la main ou quelque chose dans ce style-là car je ne te croirais pas. Il y a autre chose et tu le sais très bien.[color=#222285] »[/color][/align]

[action]Eoline le regarda sans le voir. Bien sûr qu'il y avait autre chose. Cet autre chose-là remontait loin dans son passé. Cet autre chose-là, elle avait essayé de le faire taire pendant des années avant de comprendre qu'elle devait en faire sa force. Mais aujourd'hui, elle n'y était toujours pas arrivée.[/action]

[color=#852222][i]Les aurors brandirent leurs baguettes de plus belle, tout en étant conscients que le mage noir saurait éviter leurs pitoyables sortilèges. Les ordres étaient les ordres, se répétaient-ils sans cesse dans leurs têts. L'un des aurors, le plus âgé, laissa son regard se porter sur le corps désormais sans vie d'Erik MacCullan. Il avait eu dix-huit quelques jours à peine auparavant et il avait soufflé ses bougies en même temps qu'on lui remettait son insigne d'auror. Ceci avait été sa première mission.
L'homme sentit les larmes lui monter aux yeux. De quel droit ce type devait-il être jugé ? Seule sa mort, ici et maintenant, avait une chance de venger Erik. Il cria.
- Bordel de merde ! J'en ai plus rien à foutre des ordres !
Ce fut ce moment-là que choisit l'animal pour bondir, sûr de lui-même. La baguette de l'auror crépita et un jet vert en jaillit soudainement. Le sortilège impardonnable atteignit le léopard en plein poitrine.[/i][/color]

[action]La scène remontait dans sa mémoire, aussi fraîche, aussi terrifiante que le soir où elle l'avait vécue. Elle n'avait jamais su l'oublier. Mais elle avait fait un premier pas lors de sa formation animagus, justement. L'homme qu'elle voyait, cet homme dont tout épouvantard qui la voyait prenait l'apparence, cet homme, c'était son père. L'animagus non déclaré, le mage noir fervent serviteur de Voldemort qui avait été tué environ sept ans plus tôt. Devant ses yeux.[/action]

[color=#852222][i]A la dernière seconde, le corps reprit forme humaine. L'homme tomba lourdement sur le sol. Ses paupières se fermèrent sur des yeux à la couleur bleue électrique dérangeante. Etendu sur le flanc en position foetale, on aurait presque eu l'impression qu'il dormait. Mais la fillette savait qu'il était mort. Même dans cet état-là, il gardait une attitude qui la terrifiait au-delà des mots.
Alors qu'un des aurors s'occupait des deux corps, celui qui venait d'abattre son père vint s'accroupir à côté d'elle.
- Comment t'appelles-tu ? demanda-t-il.
- Eoline.
Il la prit doucement dans ses bras et elle s'accrocha à ses vêtements comme à une bouée.
- Là, tout va bien.
Il avait tort. Le savait-il seulement ? L'homme qu'on prenait sans ménagement n'était pas le seul animagus qui fût dangereux. Il y en avait sûrement d'autres, à travers le monde. Et d'autres, qui allaient le devenir. [/i][/color]

[align=centre][color=#222285]« [/color]Eoline, s'il te plaît...[color=#222285] »[/color][/align]

[action]La jeune fille fixa ses prunelles noires dans ceux, bleus clairs, de son cousin. [/action]

[align=centre][color=#ff57dd]« [/color]Tu me demandes pourquoi je veux faire ça ? Laisse-moi te répondre : je fais ça pour surveiller les prochains animagi.[color=#ff57dd] »[/color][/align]

[action]Les larmes, irrépressiblement, débordaient de ses yeux qui en avaient trop vu. [/action]

[align=centre][color=#ff57dd]« [/color]Je fais ça pour que [i]ceci[/i] ne se reproduise jamais. Jamais, tu m'entends ?[color=#ff57dd] »[/color][/align]

[align=centre][action]*[/action][/align]
[/align]

[align=droite][i]This is the end.
I hope you enjoyed it.
E. R. [/i][/align]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lulapsy.forumactif.org
 
Eoline : Candidature Formatrice Animagi
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» présentations d'un animagi si possible [Validée]
» Une formation très formatrice.
» Animagus, de Julius Skaghetti
» Quelle serait votre forme ANIMAGUS ?!
» Eoline, petite Roucool ~ [Terminée ♥]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wild into the :: P12-
Sauter vers: